Charles Michel plusieurs fois menacé de mort.

Le temps a paru bien long avant que certains n’interviennent pour dégager le Premier ministre Charles Michel des jeunes femmes perpétrant l’« attentat fritier », au Cercle de Wallonie.

De quoi s’interroger sur la sécurité dont bénéficie le Premier ministre ? Depuis que Charles Michel est formateur (ce n’était pas le cas lorsqu’il était président du MR), il reçoit des menaces de mort. Des menaces précises et répétées, tant criminelles (dirigées contre lui et sa famille, voire l’école de son fils) que terroristes (liées à l’entrée en guerre de la Belgique contre Daesh, l’État islamique en Irak et au Levant).

Après réunions des services concernés (Ocam, conseil de sécurité, police), le taux de menace concernant le Premier ministre a donc été relevé, de même que les mesures de protection l’entourant, même s’il nous revient que Charles Michel n’a pas accepté toutes les mesures qui lui étaient proposées, selon une tradition bien belge, peu encline à en faire trop en la matière.

Anuncios
Esta entrada fue publicada en América Latina, Bélgica, Cuba, Economía, EEUU, Europa, Francia, Política, Sociedad, Unión Europea y etiquetada , , , , , , . Guarda el enlace permanente.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s